Galilée (de son vrai nom Galileo Galilei) ne fut pas condamné en 1633 pour avoir découvert la rotondité de la Terre mais pour avoir critiqué la théorie du géocentrisme voulue par l’Église.

«Et pourtant elle tourne» lui est attribuée selon la légende, il aurait marmonné cette phrase après avoir été forcé devant l’Inquisition d’abjurer sa théorie.

On suppose que c’est Pythagore, au VIème siècle av. J.-C., qui le premier a émis l’idée que la Terre était ronde. Au IIIème siècle av. J.-C., Érathosthène de Cyrène démontre par le calcul que la Terre est bien ronde.

Géocentrisme

Le géocentrisme est un modèle physique ancien selon lequel la Terre se trouve immobile, au centre de l’univers. Cette théorie date de l’Antiquité et a été notamment défendue par Aristote et Ptolémée.

Bien que quelques précurseurs, comme Aristarque de Samos (vers -280), aient envisagé le mouvement de la Terre autour du Soleil, ce fut Nicolas Copernic qui proposa le premier, vers 1513, un modèle héliocentrique incluant la Terre et toutes les planètes connues à l’époque. Johannes Kepler établit vers 1609 un modèle plus précis du système solaire, se démarquant notamment par l’introduction d’orbites planétaires non plus circulaires mais elliptiques, admettant le Soleil comme un de leurs foyers. On doit à Galilée les observations astronomiques et les premiers principes mécaniques justifiant l’héliocentrisme.

Héliocentrisme

L’héliocentrisme est une théorie physique qui s’oppose au géocentrisme en plaçant le Soleil au centre de l’Univers. D’après les variantes plus modernes, le Soleil n’est plus le centre de l’Univers, mais un point relatif autour duquel s’organise notre propre système solaire.

L’idée que le Soleil ne soit que le centre du système solaire et que l’Univers en soit dépourvu apparaît dans les écrits du moine Giordano Bruno.

Etc.