Les réponses de Ruff Ianowski

Les réponses de Ruff Ianowski

Jurez de dire la vérité toute le vérité rien que la vérité autant que vous le pouvez. Levez la main droite et dites : je le jure. Doit on connaitre le mensonge pour dire la vérité? Connaitre la vérité? En voilà un sacré mensonge! Est-il préférable de la connaitre, la vérité? La seule vérité c’est qu’on va tous crever un jour donc dans l’absolu je dirais oui, c’est préférable de savoir qu’on va tous crever. Votre mémoire est-elle à vous? Non, elle appartient à Pete Sampras en copropriété avec Joe Strummer. L’amour est-il le contraire de la haine? Pas forcément, on peut avoir plein de haine pour l’amour et vice et versa comme disaient les Inconnus. La liberté existe t-elle? J’en sais rien. J’ai été en taule, alors le jour où tu sors tu te dis « OUAIS! » comme quand c’est la récré à l’école primaire. Puis quand tu dois aller au pôle emploi, payer des impôts ou se lever la nuit pour donner le biberon à un bébé dont tu n’a pas voulu, je pense que tu relativises le concept de liberté. Êtes-vous libre? En tant qu’ex numero 10,  j’étais libre de créer le jeu. Sinon moi je suis dans une prison sans chaîne qui s’appelle l’addiction. La drogue, le sexe, l’alcool. Stay free jeune ami, don’t do drug! Le destin des pauvres se joue t-il autrement que le destin des riches? Question de merde. Le déterminisme social influe-t-il le cours de ta vie? Le destin ne se joue pas primo, c’est pas du ping pong. Pensez-vous que nous avons chacun, un destin? Oui. Le style, est ce «in vivo» ou «in ovo»? Le style c’est In utero de Nirvana. Épuré, saturé. La magie est-elle une illusion? Non la magie est une sauce comme le viandox, sorte de bouillon goût viande. Pas mal d’ailleurs. Sommes nous profonds? Je fais un métre 87, mon arrière grand père était mineur de fond dans les mines d’Arras. Trop deep. Le soleil est-il au fond de l’univers? Non. Les idées sont-elles des étoiles? Jargon poétique insolvable… Les éclairs de génie sont-ils des passements de jambes suivi d’une frappe enroulée en lucarne? Bon ok on répond pas à une question par une autre question, c’est truc de Juif. Je dirais que les étoiles filantes sont comme ces idées ultimes qu’on voudrait crystaliser et qu’on oublie aussitôt. D’où vient ton désir? De ma pornographie mentale, de mon cortex gonzo et du bas ventre. Et aussi d’Elo, ma meuf. La jouissance est-elle dangereuse? Grave! Une fois j’étais sur la pointe du Raz dans le Finistère, contemplant l’océan, le regard au loin el steve mcqueen quand soudain, tel un léviathan lubrique, j’ai été pris d’une virulente érection tropicale de niveau 23… Et ben j’ai bandé jusqu’à new york usa, créant une passerelle pour les migrants, une vraie bite transatlantique, le truc c’est qu’à un moment y’a des dauphins qui se sont mis a me taquiner le prépuce, j’ai joui : résultat j’ai engendré le tsunami de 2005. Effet papillon. On ne trouve jamais l’autre que dans soi-même? Non, l’autre est lui à part entière. Putain si je trouvais les autres dans moi-même je me ferais bien chier. Je serais bridé comme une vieille mobylette. Ou on ne se trouve soi-même que dans l’autre? Prout, ah pardon. Être humain, est-ce possible? Pourquoi pas? J’ai déjà été à la fête de l’Huma, y’en avait plein! Une vie peut-elle transformer le monde? Oui. L’inverse aussi surtout. La mort est-elle l’ennemie de la vie? Ben si t’es dans un délire survivaliste immortel comme Houellebecq ou Connor Mcleod, oui. Sans ça non, c’est une soeur indissociable, comme diable et dieu, Mark Landers et Olivier Aton, ou bien les tirs au buts en Finale de Coupe du Monde. Son contraire? La dépression, la destruction, l’inertie sont antinomiques à « vivre », mais la mort contraire de la vie? mouais bof. Un mal peut-il être délicieux? Évidemment. Es-tu un homme bon (une femme bonne)? Si je suis bon? Je suis bon avec ceux que j’aime et encore… Disons que j’essaie de ne pas être mauvais, mais il faut l’admettre, je suis assez médiocre. Penses-tu qu’on s’arrange avec le mal? NON. L’univers est-il un chaos ou quelque chose de soigneusement ordonné? C’est un bordel chaotique sous contrôle. Comment aimerais-tu en finir? Empaillé en postion d’un tireur de penalty. Ton plus beau souvenir d’extase? Un but d’égalisation dans un match important, puis un 2ème en fin de match, offrant la victoire à mon équipe, 11 mecs en un seul, une sensation de plénitude magnifique, à la fois altruiste et égoiste, et ce moment où tu réalises pas trop que tu viens de déchirer sa race. Mieux qu’un shoot d’héro. De quelle couleur est la lumière? De la couleur des ampoules.

….
Une contribution de Ruff Ianowski pour Le questionnaire de Möör, La revue des ondes.